Acheter de l’or à Shanghai pour les revendre à Londres

Selon les tendances du marché, la Chine ne serait pas le seul à être intéressé par le métal jaune. Au mois de mai, l’or acheté à Shanghaï est revendu à Londres. Bien que les experts en ligne évoquent une insuffisance, ce n’est pas le cas, car les grossistes chinois disposent d’importantes réserves d’or destinées à une future demande de consommation. Cela s’explique par la baisse des cours depuis le début de l’année.

Aux Etats-Unis, les entrepôts accumulent un certain nombre de métaux à cause des importations de lingots d’or. C’est de cette manière que les compagnies minières aurifères stockent leurs productions jusqu’à ce que la demande augmente.

Londres, le cœur du marché de l’or

flickr-3400039523-hd

A Londres, les réserves de métaux sont limitées. Devenu le centre du marché de l’or, la capitale londonienne a enregistré plus de 1 700 tonnes d’or exportés suite au krach des cours en 2013.

Étant donné que la Chine est à la fois productrice, consommatrice et importatrice de l’or à l’échelle planétaire, la chute des cours en 2013 a orienté le marché du métal jaune vers l’est. Depuis quelque temps, il y a une prime à Londres, qualifié comme étant un cours de référence et bien plus supérieur au cours chinois.

Un arbitrage inversé dû à la prime londonienne

oralgerie

Londres est le nouveau marché central mondial. Il est également le terminus traditionnel pour le stockage en coffre, le négoce ainsi que le transport. Cependant, les gros acheteurs sont contraints de payer plus qu’en Chine, ce qui semble être incohérent, car auparavant, les grossistes chinois payaient plus chers pour recevoir leurs métaux.

En se référant à cette prime de Shangaï, les importateurs étaient enthousiastes à l’idée d’organiser des livraisons avec un tel arbitrage « achat à Londres, vendre à Shangaï ». Or, la petite prime à payer comparé à Shangai ne permet pas d’effectuer cet arbitrage. Ainsi, les exportations Chinoises sont moins libres que les exportations d’où l’inverse ; « achat à Shangaï, vendre à Londres ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *